Pierre GARNIER nous a quitté

Publié le

Pierre GARNIER nous a quitté

Une page se tourne, ça ne semble pas possible qu'il soit parti ainsi. Pierre, s’en est allé le 25 janvier dernier par la petite porte, sans tambour ni trompette, emporté par les séquelles d’un soudain AVC violent et irrémédiable le 23 janvier au petit matin.

Né le 24 mars 1930 au quartier de La Banne à Auriol. Dernier né d'une fratrie de trois frères, Augustin dit "Tin" et Marius, famille de paysans et charretiers.
Pierre s’est toujours dévoué et investi dans son travail – caviste à la cave coopérative vinicole d’Auriol de 1954 à 1990 - correspondant des assurances Groupama.

Il était membre de diverses associations :

  • Secrétaire de la Musique des Amis Réunis et organisateur de la tombola de la séance récréative de Mardi Gras et de sorties en car. Il était l’un des tambours de la Clique et se donnait à fond pour jouer les pas redoublés ou les marches. Il tenait la "billetterie" pour les entrées aux divers spectacles, représentations organisées par la Musique et le Cercle.
  • Membre du Conseil Paroissial et de l’Association "Maurel" trésorier jusqu'en 1995 et président de 1996 à 1999 (comptes de la Paroisse, travailleur de l’ombre pour tondre et entretenir les cours du presbytère et kermesse...)
  • Membre du CCFF.
  • Membre puis président de l’Amicale Cynégétique Auriolaise.
  • Membre de la Fédération des chasseurs des Bouches du Rhône.

Toujours prêt à rendre service spontanément sans jamais en attendre un retour. Il mettait un point d’honneur à passer son savoir et témoigner son expérience.
Il ne supportait pas la fourberie et la malhonnêteté. Il disait les choses en face, respectait les idéaux des autres, mais savait parfois s’imposer tout "en arrondissant les angles" ou jouant parfois le médiateur. Il avait beaucoup d'humour, l'esprit d'à propos et la petite galéjade ou expression qui correspondait à la situation.

Attaché à son terroir et ses collines, respectant les traditions, il n’en demeurait pas moins ouvert sur l’avenir Il nous disait qu’il lui suffisait d’écouter les propos pertinents d’autres personnes pour continuer à apprendre, se documenter.
Chasseur de père en fils et frère, il avait à cœur de faire aimer le Chasseur et la Chasse par ceux qui ne la pratiquaient pas. La chasse était une passion héritée de plusieurs générations, c’était un loisir, une communion avec la nature, l’entretien des collines, la régulation des espèces et surtout pas un commerce !

Son attachement aux valeurs familiales, l’entraide, la fraternité, ses saines valeurs morales et sa droiture lui venaient de l’éducation reçue de "Parrain Garnier et Mémé Victorine". Avec sa femme Mado ils ont suivi le même chemin. Les discussions et les échanges sur tous les sujets ont toujours été ouverts dans sa maison.
Sa fille nous dit : "Papa a tout fait pour nous rendre heureux, améliorer sans cesse notre qualité de vie, nous faisant passer avant lui. Il disait parfois qu'il serait allé jusqu'à se noyer pour nous et surtout ses petites-filles..."

Le Cercle et la Musique étaient la sortie et le point de rencontre intergénérationnel où régnaient respect de l’Ancien, esprit chrétien et camaraderie.
Que de banquets de Ste-Cécile, de la St-Pierre, aïoli qu’il n’aurait manqué pour rien au monde.

Il faisait partie des membres très présents de notre cercle. Nous partageons la peine de sa femme Mado et de sa famille.

Publié dans La vie du Cercle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nocella jean jacques 02/02/2016 08:53

ENCORE UNE FORTE PERSONNALITE UN EXEMPLE NOUS QUITTE A DIEU MON BRAVE